L'histoire derrière, TOMTOM

N’y a-t-il pas assez d’objets dans ce monde ? Pourquoi dessiner encore un autre meuble ?

Je suis designer et depuis que je suis étudiant, j’ai suis tiraillé par des contradictions dans mon métier. Mon projet de diplôme en 2007 s’intitulait d’ailleurs : Comment redonner de la pérennité aux objets ? J’y parlais de l’histoire de la société de consommation, de l’obsolescence programmée, des stratégies marketing de vieillissement mais aussi de commerce équitable, d’éco-conception, de cradle to cradle…

Après avoir fait mes premières armes à Paris, j’ai emménagé dans la Drôme. C’est un territoire très dynamique, avec beaucoup d’initiatives sur l’agriculture biologique, les circuits courts, les énergies renouvelables. J’ai décidé d’orienter mon activité de designer vers des entreprises qui font attention à ce qu’elles font, aux matériaux qu’elles utilisent ou qui ont un vrai savoir-faire. Mais là encore, parfois quelques déceptions…

Mais la passion de créer reste intacte ! Trouver des solutions, penser à comment cela sera fabriqué, essayer de le faire démontable, beau, et solide ! (Quelques déconvenues arrivent parfois avec les prototypes) ;)

Un jour, je discute avec mon oncle qui me dit: " Toi qui est designer, tu en penses quoi d'Ikea, tu n'as pas vu le reportage de Cash Investigation?". Pour être honnête, je n'aime pas trop ce genre de reportage, un peu sensationnel et qui manque de nuances. C'est toujours un peu déprimant et on pense toujours après l'avoir vu que tout est foutu! Bref un jour mon fils est malade, je dois le garder à la maison et je finis par regarder ce reportage de Cash Investigation sur le bois. Et là bien sûr on se dit: "Holala tout es foutu!". Mais finalement quelle vraie leçon en tirer? La chose est devenue limpide pour moi : l'échelle ! Ainsi Ikea (le plus gros consommateur de bois au monde) achète tellement de bois qu’il en résulte des dérives tout aussi gigantesques. Plus une entreprise est grande plus ses impacts négatifs sont importants, même avec de bonnes intentions. Dessiner un meuble en bois ne suffit pas pour garantir sa vertuosité, c’est toute la chaîne qui compte. D’où vient le bois, qui le fabrique, où il est vendu…

Capture d'écran de l'émission

Le jour d'après...

Je me suis dit: «C'est vrai, il faudrait travailler à petite échelle si on veut maitriser tous les maillons, minimiser son impact et offrir un vrai service à l’arrivée. Et surtout avoir un impact positif, faire des objets sains et bien pensés (pour l’environnement et les utilisateurs), travailler avec des artisans français, maintenir et valoriser des savoir-faire, les vendre ici et ne pas leur faire traverser la Terre entière».

Et puis dans la vie, des petits signes se mettent en place doucement jusqu’à devenir des vérités éclatantes. Début 2017, je découvre en faisant des recherches pour un client qui veut faire du MADE IN FRANCE, un artisan du bois dans le Jura. Puis un bon client avec qui vous pensiez travailler sur le long terme vous lâche… Quelques semaines un peu maussades se passent et puis il faut rebondir…

Et si je créais ce que j’attends d’une entreprise, avec une collection qui s’appuie sur mon expérience de designer ! Cela fait longtemps que j'y pense bien sûr, mais trop risqué, des expériences avec des amis peu concluantes, pas rencontré les bons artisans. Et voilà comment je prends la route pour le Jura…

thomas merlinComment